L’astronaute français Thomas Pesquet nommé Ambassadeur de bonne volonté de la FAO

L’astronaute français Thomas Pesquet nommé Ambassadeur de bonne volonté de la FAO

Le Français Thomas Pesquet, astronaute de l’Agence spatiale européenne (ESA), a été nommé, lundi, Ambassadeur de bonne volonté de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), à l’occasion de la Journée internationale du vol spatial habité qui fête ses 60 ans aujourd’hui.

M. Pesquet aidera la FAO à sensibiliser au fait qu’il est important de transformer les systèmes agroalimentaires mondiaux, de les rendre plus résilients, inclusifs, efficaces et durables pour relever les défis liés à la faim, un problème qui perdure et continue de croître, et de préserver l’environnement et la biodiversité de la planète.

Alors que la faim progresse – près de 690 millions de personnes souffrent de la faim et la pandémie de covid-19 pourrait faire basculer jusqu’à 132 millions de personnes supplémentaires dans cette situation (selon les dernières estimations) -, il n’est pas envisageable de continuer sur la même voie, a indiqué le Directeur général de la FAO, M. Qu Dongyu, au moment de conférer son nouveau titre à M. Pesquet.

Lire plus :

Covid-19 : plus de 100 pays ont reçu des vaccins grâce au COVAX Plus de 100 pays ont reçu des vaccins contre la Covid-19 grâce au COVAX, le mécanisme de solidarité internationale mis en place par l’ONU et ses partenaires pour assurer une distribution rapide, équitable, sûre et efficace des sérums à travers le monde.

L’Etat insulaire de Sainte-Lucie, dans les Caraïbes, est devenu, jeudi, le 100e territoire à avoir reçu des vaccins contre la Covid-19 grâce au COVAX.

42 jours après avoir acheminé ses premiers vaccins à son premier bénéficiaire, le Ghana, le mécanisme de solidarité internationale auquel participent l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) a permis l’envoi de plus de 38 millions de doses à 102 économies du monde, dont 61 à faibles revenus.

Les vaccins acheminés comprennent ceux produits par les laboratoires AstraZeneca, Pfizer-BioNTech, et le Serum Institute of India. Malgré des stocks réduits de vaccins en mars et en avril, le COVAX affirme pouvoir livrer des doses à toutes les économies qui en ont fait la demande avant la fin du mois de juin.

A l’annonce du franchissement de cette étape symbolique importante, le Directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a appelé les pays, les producteurs, et le système international, à unir leurs forces pour donner la priorité à l’approvisionnement en vaccins via le COVAX. « Notre avenir collectif en dépend », a-t-il souligné.

Lire plus :

Présidentielles au Bénin et au Tchad : le chef de l’ONU plaide pour des élections crédibles et pacifiques

Le Bénin, en Afrique de l’Ouest, et le Tchad, en Afrique centrale, organisent dimanche 11 avril des élections présidentielles. Au Bénin, le président sortant, Patrice Tallon, se présente pour un second mandat. Au Tchad, le chef d’Etat sortant, Idriss Deby, est candidat à un sixième mandat.

Dans ces deux pays d’Afrique francophone, des membres de partis politiques et de la société civile manifestent contre les conditions du processus électoral et contre les candidatures des chefs d’Etats sortants à un nouveau mandat présidentiel.

Au Bénin, « le Secrétaire général appelle toutes les parties prenantes nationales à veiller à ce que le scrutin se déroule de manière transparente, crédible et pacifique », a dit son porte-parole adjoint, Farhan Haq, dans une déclaration de presse.

Dans ce pays d’Afrique de l’Ouest, « le Secrétaire général exhorte les dirigeants politiques, les partis politiques et leurs sympathisants à résoudre tout différend pouvant découler du processus électoral par le dialogue pacifique et des moyens légaux », a ajouté M. Haq.

Lire plus:

L’UNESCO et VIVA Tech lancent un appel à solutions basées sur l’IA bénéfiques pour les individus et la planète

Dans le domaine de l’intelligence artificielle, l’UNESCO joue un rôle de premier plan au niveau international en tant que co-championne de la recommandation 3C de la feuille de route du Secrétaire général pour la coopération numérique consacrée à l’IA. Grâce à la Recommandation sur l’éthique de l’intelligence artificielle, actuellement en cours d’élaboration, l’UNESCO continuera à protéger et à promouvoir les droits de l’homme et la dignité humaine tout au long du cycle de vie de l’IA par l’intermédiaire de recommandations en termes de politiques et d’aide à la programmation.

VivaTech est le plus grand événement européen consacré aux startups et aux technologies. Co-organisée par Publicis Groupe et le Groupe Les Échos, et consacrée à la croissance des startups, à la transformation numérique et à l’innovation, la 5e édition se déroulera du 16 au 19 juin 2021. En 2019, l’événement a atteint 231 millions de personnes dans le monde, rassemblant 124 000 visiteurs dont plus de 13 000 startups, 3 000 sociétés de capital-risque et 2 500 journalistes de 124 pays. Cette année, VivaTech proposera une expérience hybride, en personne à Paris et en ligne dans le monde entier, qui rassemblera une communauté d’innovateurs encore plus vaste.

L’UNESCO et VivaTech ont lancé trois défis jusqu’à la fin du mois d’avril et demandent aux startups de partager leurs idées sur la manière de répondre à certains des problèmes les plus urgents de notre époque.

Lire plus :

Information en période d’épidémie et de pandémie : l’UNESCO élabore un Guide pratique pour les médias africains

Le document a été présenté au cours d’un atelier organisé les 25 et 26 mars 2021 à Saly (Sénégal), en faveur des journalistes sénégalais.

Une vingtaine d’hommes et de femmes des médias publics, privés et communautaires ont pris part, du 25 au 26 mars 2021, à l’atelier de promotion du « Guide pratique pour les médias en période d’épidémie et de pandémie ».

Organisé par l’UNESCO, avec l’appui de l’Union des Radios Communautaires du Sénégal (URAC), du Réseau international des femmes (RIF) et du Conseil pour l’observation des règles d’éthique et de déontologie dans les médias (CORED), la rencontre a permis aux participants et participantes de partager leur vécu du traitement de l’information relative à la COVID 19. Des points essentiels ont été soulignés notamment la nécessité : de dépasser le factuel et d’humaniser le traitement de l’information ; de respecter l’anonymat des victimes ; de sortir du déni dans la mesure où la pandémie est apparue dans un contexte d’analphabétisme et de pauvreté qui rend difficile le travail du journaliste.

Lire plus :

Le bureau de l’UNESCO à Yaoundé s’associe aux Gouvernements indien et camerounais pour fournir des énergies renouvelables aux communautés défavorisées.

Plus de 1000 ménages et 6000 personnes dans les deux régions du Nord et de l’Extrême-Nord du Cameroun auront bientôt accès à des sources d’énergie propres et durables grâce à un projet visant à promouvoir l’utilisation des énergies renouvelables et des technologies d’efficacité énergétique dans les ménages des zones rurales du Cameroun. Le projet est plus connu sous son acronyme PUERTEM.

La première réunion du comité pilote du projet PUERTEM a eu lieu à Yaoundé le 07 avril 2021, réunissant des représentants du gouvernement, de l’UNESCO, du Haut-Commissaire indien au Cameroun, et des représentants des communautés locales bénéficiaires. L’objectif de cette réunion était entre autres l’installation des membres du comité pilote du projet, la présentation de l’état d’avancement du projet et enfin la validation du plan de travail annuel.

Le Directeur du Bureau Régional de l’UNESCO pour l’Afrique centrale, M. Salah Khaled, a co-présidé la réunion et a saisi l’opportunité pour souligner l’importance du projet : « Ces deux régions (le Nord et l’Extrême-Nord) souffrent particulièrement d’un faible accès à l’énergie électrique, puisque seuls 20 % des ménages ont accès à l’énergie électrique ». La dépendance excessive sur des sources d’énergie non renouvelables a mis à mal l’écosystème de ces régions, les rendant plus vulnérables aux effets négatifs du changement climatique.

Lire plus :

Trente pays unissent leurs forces contre les déchets plastiques en mer

Des pays de différentes régions du monde font équipe avec l’Organisation maritime internationale (OMI) et l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) pour lutter contre les déchets plastiques en mer et à nettoyer les océans dans le cadre du projet GloLitter.

Le financement initial de ce projet provient du gouvernement norvégien, par le biais de l’Agence norvégienne de coopération pour le développement (NORAD), a précisé la FAO dans un communiqué de presse.
GloLitter vise à aider les transports maritimes et les pêcheries à progresser vers un avenir comprenant moins de plastique. Pour atteindre cet objectif, le projet aidera les pays en développement à mettre en œuvre les meilleures pratiques en matière de prévention, de réduction et de contrôle des déchets plastiques en mer provenant de ces secteurs.

Les déchets plastiques ont des effets dévastateurs sur nos océans, la faune et la flore marines et la santé humaine. Ils ont également des répercussions mesurables sur les secteurs de la pêche et des transports maritimes.

Lire plus :

La Directrice générale de l’UNESCO et le Président de la Slovénie inaugurent le premier centre de recherche sur l’intelligence artificielle

Le 29 mars 2021, Borut Pahor, Président de la République de Slovénie et Audrey Azoulay, Directrice générale de l’UNESCO, ont inauguré le Centre international de recherche sur l’intelligence artificielle (IRCAI), un centre de catégorie 2 placé sous l’égide de l’UNESCO à Ljubljana, en Slovénie.
La Directrice générale de l’UNESCO a appelé les pays, les organisations et les individus à unir leur énergie et à proposer des solutions pour que l’intelligence artificielle (IA) soit utilisée pour le bien commun de l’humanité. Premier centre de ce type, l’IRCAI fera progresser la recherche sur l’utilisation de l’IA dans la réalisation des objectifs de développement durable (ODD).

Le lancement du centre a rassemblé des décideurs politiques, des chercheurs, des représentants du secteur privé, des organisations de la société civile et le public pour aborder des questions d’éthique, de droits de l’homme et de développement liées à la conception, au développement et au déploiement de l’IA. Pendant deux jours de discussion, l’IRCAI et son réseau de partenaires ont établi leur programme d’activités de recherche, de conseil en matière de politique, de renforcement des capacités et de financement dans le domaine de l’IA.

Lire plus:

L’UNESCO et le Programme alimentaire mondial unissent leurs efforts en faveur de la santé et de la nutrition scolaires pour aider les enfants à rebondir après la fermeture des écoles

L’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) et le Programme alimentaire mondial (PAM) ont reconduit leur partenariat pour le renforcement des programmes de santé et de nutrition à l’intention des écoliers et les deux organisations uniront leur expertise pour permettre aux enfants et aux jeunes d’apprendre, de grandir et de contribuer à l’avenir de leur pays.

Avec la réouverture des écoles, les programmes de santé et de nutrition scolaires ont plus d’importance que jamais car ils permettent d’empêcher les enfants d’avoir faim, de veiller à ce qu’ils reçoivent des aliments nutritifs, d’inciter les parents à rescolariser leurs enfants et d’augmenter les taux de rétention, en particulier chez les filles. Cela contribue à résoudre l’une des plus importantes crises de l’apprentissage de l’histoire.

Selon le Protocole d’accord signé aujourd’hui, l’UNESCO et le PAM plaideront pour que soient pris en compte les besoins en matière d’éducation, de santé, de nutrition et de bien-être des enfants et des jeunes en âge d’être scolarisés. Les deux agences mettront également en avant l’importance des réponses intersectorielles et celle de la santé et de la nutrition scolaires pour aider les enfants à se remettre de cette pandémie et à réaliser leur potentiel.

Lire plus :

La Directrice générale de l’UNESCO en Égypte pour célébrer son patrimoine millénaire et soutenir sa préservation

La Directrice générale de l’UNESCO, Audrey Azoulay, a effectué une visite officielle en Égypte du 3 au 5 avril, à l’invitation des autorités égyptiennes, pour célébrer le riche patrimoine historique du pays et soutenir sa préservation.

A cette occasion, elle a assisté aux côtés du chef de l’État égyptien à la spectaculaire procession qui a permis le transfert de 22 momies royales du Musée national du Caire au nouveau Musée national de la civilisation égyptienne.

Dans le cadre d’un entretien bilatéral, la Directrice générale a félicité le Président Abdel Fattah al Sissi pour le succès de cette cérémonie historique, qui a uni les Égyptiens et fait partager au monde ces figures tutélaires de l’Égypte antique, ainsi que pour le travail accompli par le ministère du Tourisme et des Antiquités en faveur de la politique muséale.

Lire plus :