La FAO et le PAM mettent en garde: la faim aiguë atteint des proportions alarmantes en République démocratique du Congo

La FAO et le PAM mettent en garde: la faim aiguë atteint des proportions alarmantes en République démocratique du Congo

En République démocratique du Congo (RDC), l’état d’insécurité alimentaire demeure grave avec une personne sur trois (proportion jamais atteinte jusqu’ici) souffrant de faim aiguë, selon deux organismes des Nations Unies: l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et le Programme alimentaire mondial (PAM), qui tirent aujourd’hui la sonnette d’alarme.

On estime à 27,3 millions le nombre des personnes souffrant d’insécurité alimentaire aigüe en RDC, soit une sur trois, parmi lesquelles quelque 7 millions de personnes aux prises avec une faim aiguë dont les degrés nécessitent une intervention d’urgence (phase 4 de l’IPC) selon la dernière en date des analyses du Cadre intégré de classification de l’insécurité alimentaire aiguë.

Ces chiffres font de ce pays d’Afrique centrale celui au monde où se concentre le plus grand nombre de personnes éprouvant un besoin urgent d’assistance à leur sécurité alimentaire.

«Pour la toute première fois, nous avons été en mesure d’appliquer l’analyse à la grande majorité de la population, ce qui nous a donné une image plus fidèle de l’échelle vertigineuse à laquelle sévit l’insécurité alimentaire en RDC», a déclaré M. Peter Musoko, représentant du PAM en RDC. «Ce pays devrait être en mesure de nourrir sa population et de dégager un excédent pour l’exportation. Nous ne pouvons tolérer que des enfants aillent se coucher le soir en ayant faim et que des familles sautent des repas pendant une journée entière.»

Lire plus :

Journée mondiale de la santé: Bien manger avant, pendant et après la covid-19

S’il est bien une période qui nous a rendus plus attentifs à notre santé, c’est celle de la pandémie de covid-19. Cette année nous a également rappelé que nous ne contrôlons pas tout ce qui se passe dans le monde de la santé. Beaucoup d’entre nous avons toutefois la chance de pouvoir décider d’un élément important de notre quotidien, à savoir l’alimentation. Une alimentation saine est essentielle pour notre système immunitaire et notre santé. La nourriture que nous consommons influe sur ce que nous ressentons et sur le fonctionnement de nos corps. Cela vaut aussi bien pendant, qu’avant ou après une maladie.
Les régimes alimentaires varient beaucoup dans le monde selon l’accès à la nourriture, les revenus, les habitudes et les cultures. Pourtant, il existe certains grands principes qui nous permettent de continuer à bien manger, quel que soit l’endroit où nous vivons.

Voici six habitudes alimentaires saines à prendre et quelques ressources de la FAO qui peuvent vous aider:

  1. Diversifier votre alimentation. Manger des aliments variés provenant de tous les groupes alimentaires, afin d’assurer un apport suffisant de nutriments importants. Lire plus :

Face à la crise climatique qui affecte durement l’Afrique, le chef de l’ONU réclame une percée en matière d’adaptation

Les efforts d’adaptation au changement climatique par l’Afrique ont besoin d’être accélérés et cela nécessite une augmentation du soutien financier du monde développé, a déclaré mardi le chef de l’ONU.

« Il est clair que nous avons besoin d’une percée en matière d’adaptation », a déclaré le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, lors d’un dialogue sur la pandémie de Covid-19 et l’urgence climatique qui affectent l’Afrique. Le dialogue était organisé par la Banque africaine de développement et le Centre mondial pour l’adaptation.

Pour y arriver, le Secrétaire général a mis en avant cinq impératifs :

Premièrement, il a demandé à tous les membres du G7 et aux autres pays développés, ainsi qu’aux banques multilatérales et nationales de développement, d’augmenter la part du financement climatique allouée à l’adaptation et à la résilience à au moins 50% de leur financement climatique total. Aujourd’hui, le financement de l’adaptation et de la résilience ne représente que 20% du total des flux de financement climatique.

Deuxièmement, il appelle tous les gouvernements et entreprises à intégrer les risques climatiques dans les politiques et les décisions d’investissement, y compris le budget et les achats. « Les pays en développement doivent être dotés des outils et des moyens pour y parvenir. Des informations précises et à jour sur les risques constituent la première étape essentielle d’une gestion efficace des risques », a noté M. Guterres.

Lire plus :

Égypte : première visite officielle de la Directrice générale de l’UNESCO pour célébrer un patrimoine millénaire et soutenir sa préservation

La Directrice générale de l’UNESCO Audrey Azoulay se rend en visite officielle pour la première fois en Egypte du 3 au 5 avril pour célébrer le riche patrimoine historique du pays et soutenir sa préservation, notamment face aux défis d’un développement urbain et touristique durables.
Elle se rendra notamment à la cérémonie du transfert des momies du Musée du Caire au Musée national de la civilisation égyptienne.

Lire plus:

Le Congrès des Nations Unies pour la prévention du crime et la justice pénale s’engage à mettre fin à l’impunité des crimes commis contre les journalistes

Depuis sa création en 1955, c’est la première fois que le Congrès des Nations Unies pour la prévention du crime et la justice pénale a reconnu les menaces spécifiques pesant sur les journalistes en raison de leur mission de dévoilement de la corruption et du crime organisé. Le Congrès a appelé à renouveler la coopération mondiale dans le but de mettre fin à l’impunité des crimes commis à leur encontre.
Selon l’UNESCO, plus de de 1 200 journalistes ont été assassinés entre 2006 et 2020, près de 9 cas sur 10 n’ayant pas été élucidés. Le taux stupéfiant d’impunité pour ces crimes envoie un message effrayant et reproduit un cycle de violence à l’encontre des journalistes, privant ainsi tous les citoyens de leur droit à la liberté d’expression et à l’accès à l’information.

Depuis sa création, le Congrès des Nations Unies pour la prévention du crime et la justice pénale a beaucoup apporté au domaine de la prévention des crimes et de la justice pénale, tout en influençant les politiques nationales et internationales ainsi que les pratiques professionnelles. En s’engageant à améliorer les enquêtes et les poursuites pour les crimes et les attaques à l’encontre des journalistes, la Déclaration finale a efficacement inscrit cette question dans le cadre plus large de la lutte contre le crime organisé, qui servira à définir la politique pénale de la communauté internationale lors des cinq prochaines années.

Lire plus :

Bangladesh : la Directrice générale de l’UNESCO demande une enquête sur la mort en détention du blogueur Mushtaq Ahmed

La Directrice générale de l’UNESCO, Audrey Azoulay, a appelé les autorités du Bangladesh à faire la lumière sur les circonstances de la mort en prison de l’écrivain et blogueur Mushtaq Ahmed le 25 février.
Mushtaq Ahmed était incarcéré depuis mai dernier pour ses écrits critiques sur la réponse gouvernementale à la pandémie de COVID-19 censés violer la loi du pays sur la sécurité numérique.
L’UNESCO promeut la sécurité des journalistes au travers de mesures de sensibilisation mondiale, d’un renforcement des capacités, ainsi que par un certain nombre de mesures, dans le cadre notamment du Plan d’action des Nations Unies sur la sécurité des journalistes et la question de l’impunité.

Lire plus :