Covid-19 : l’Afrique a besoin de sept fois plus d’expéditions de vaccins (OMS)

Covid-19 : l’Afrique a besoin de sept fois plus d’expéditions de vaccins (OMS)

Les expéditions de vaccins anti-Covid-19 vers l’Afrique doivent être multipliées par sept pour passer de 20 millions de doses par mois à 150 millions de doses par mois en moyenne pour que le continent puisse vacciner 70% de sa population d’ici septembre 2022, a alerté jeudi l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

L’objectif des 70% a été décidé lors du Sommet mondial sur le nouveau coronavirus organisé par les États-Unis en marge du débat général annuel de l’Assemblée générale des Nations Unies cette semaine.

Lire plus :

Les enfants haïtiens expulsés sont vulnérables à la violence, à la pauvreté et aux déplacements, prévient l’UNICEF

Alors qu’Haïti continue de souffrir de la « triple tragédie » des catastrophes naturelles, de la violence des gangs et de la pandémie de Covid-19, le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) s’est déclaré jeudi préoccupé par le fait que les deux tiers des migrants haïtiens expulsés de la frontière des États-Unis ces derniers jours sont des femmes et des enfants – y compris des nouveau-nés ayant des « besoins spécifiques et immédiats ».

« Lorsque les enfants et les familles sont renvoyés sans protection adéquate, ils se retrouvent encore plus vulnérables à la violence, à la pauvreté et aux déplacements – des facteurs qui les ont poussés à migrer en premier lieu », a déclaré la Directrice exécutive de l’UNICEF, Henrietta Fore.

Lire plus :

L’alimentation est un droit humain, pas seulement « une marchandise à échanger », rappelle António Guterres

Chaque jour, des centaines de millions de personnes se couchent le ventre vide. Trois milliards de personnes n’ont pas les moyens d’avoir une alimentation saine. Deux milliards sont en surpoids ou obèses et 462 millions souffrent d’insuffisance pondérale. Près d’un tiers de la nourriture produite est perdue ou gaspillée.

Ce ne sont là que quelques-uns des problèmes et des contradictions mis à nu par le Secrétaire général des Nations Unies jeudi, lors de l’ouverture du Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires, qui réunit des agriculteurs et des pêcheurs, des jeunes, des peuples autochtones, des chefs d’État, des gouvernements et bien d’autres, dans le but de transformer le secteur et de remettre le monde sur la voie de la réalisation des 17 Objectifs de développement durable (ODD) d’ici 2030.

Lire plus :

Il faut intensifier les efforts pour éviter les effets dévastateurs du changement climatique – Guterres

Attirant l’attention sur le récent rapport « profondément alarmant » du Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (GIEC), le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a déclaré jeudi qu’« une action climatique beaucoup plus audacieuse est nécessaire » pour maintenir la paix et la sécurité internationales.

Lors d’une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU sur le climat et la sécurité, il a exhorté les pays industrialisés du G20 à intensifier leurs efforts et à prendre des mesures avant la Conférence des Nations Unies sur le climat (COP26) qui aura lieu début novembre à Glasgow, en Ecosse.

Lire plus :

Un nouveau rapport alarmant de la FAO révèle que le travail accompli pendant des décennies en faveur du développement est menacé

D’après les résultats peu encourageants d’un nouveau rapport publié par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), la pandémie de covid-19 a freiné les progrès accomplis dans la mise en œuvre des objectifs de développement durable (ODD) énoncés dans le Programme de développement durable à l’horizon 2030 des Nations Unies et sapé des décennies de travail en faveur du développement.
«Le constat est alarmant: les progrès réalisés au titre de nombreuses cibles des ODD ont été défaits, ce qui a des conséquences majeures sur tous les aspects du développement durable et rend la concrétisation du Programme 2030 encore plus difficile», explique le Statisticien en chef de la FAO, M. Pietro Gennari.

Lire plus :

20 ans après la Conférence de Durban sur la lutte contre le racisme, Guterres voit une lueur d’espoir

Deux décennies après l’adoption d’une Déclaration historique pour éradiquer le racisme, la discrimination continue d’imprégner « les institutions, les structures sociales et la vie quotidienne de chaque société », a déclaré mercredi le chef de l’ONU lors d’une réunion de haut niveau.

« Aujourd’hui, deux décennies plus tard, notre voyage continue. Le 20e anniversaire de la Déclaration et du Programme d’action de Durban offre une occasion importante de réfléchir à notre situation et à la direction que nous devons prendre », a déclaré le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, lors de cette commémoration dans la salle de l’Assemblée générale des Nations Unies, à New York.

Lire plus :

L’alimentation des enfants en bas âge n’a connu aucune amélioration au cours des dix dernières années (UNICEF)

Les enfants de moins de 2 ans ne reçoivent pas les aliments ou les nutriments essentiels à leur épanouissement et à leur croissance, ce qui risque de nuire de manière irréversible à leur développement, selon un rapport publié mercredi par l’UNICEF.

Dans ce rapport intitulé L’échec dans l’assiette ? La crise de l’alimentation dans la petite enfance et publié à la veille du Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires, le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) prévient que la hausse de la pauvreté, les inégalités, les conflits, les catastrophes climatiques et les urgences sanitaires telles que la pandémie de Covid-19 entretiennent une véritable crise de la nutrition chez les plus jeunes, crise qui n’a connu que peu d’amélioration au cours de la dernière Décennie.

Lire plus :

À l’ONU, le Président américain Biden promet une nouvelle ère de diplomatie

Dans son discours au rassemblement annuel des dirigeants mondiaux à l’ONU, le Président des États-Unis, Joseph Biden, a appelé mardi à une nouvelle ère d’unité mondiale contre les graves crises de la Covid-19, du changement climatique et de l’insécurité.

« En termes simples, nous nous trouvons… à un point d’inflexion de l’histoire », a-t-il déclaré. « Nous devons travailler ensemble comme jamais auparavant ».

Lire plus :

Ministres de l’agriculture du G20: Les systèmes agroalimentaires sont essentiels pour réduire les inégalités, selon le Directeur général de la FAO.

Les dirigeants des pays du G20 doivent continuer à soutenir le bon fonctionnement des systèmes agroalimentaires mondiaux, qui sont actuellement confrontés à des défis dans le contexte de la pandémie de covid-19, a déclaré M. Qu Dongyu, Directeur général de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), dans une allocution prononcée à l’ouverture de la réunion des ministres de l’agriculture du G20 à Florence (Italie).

Lire plus :

Vaccins contre la Covid-19 : les inégalités se creusent et des millions de personnes sont vulnérables

Les responsables de la santé s’accordent à dire qu’un monde sans Covid-19 ne sera possible que lorsque tout le monde aura un accès égal aux vaccins. Plus de 4,6 millions de personnes sont mortes du virus depuis qu’il a déferlé sur le monde au début de l’année 2020, mais on s’attend à un ralentissement du taux de mortalité si davantage de personnes sont vaccinées.

Les pays développés sont beaucoup plus susceptibles de vacciner leurs citoyens, ce qui risque de prolonger la pandémie et de creuser les inégalités dans le monde. Alors que des hauts fonctionnaires des Nations Unies se réunissent ce lundi au Siège de l’ONU pour discuter de la question, ONU Info explique l’importance de l’équité vaccinale.

Lire plus :