L’alimentation est un droit humain, pas seulement « une marchandise à échanger », rappelle António Guterres

Chaque jour, des centaines de millions de personnes se couchent le ventre vide. Trois milliards de personnes n’ont pas les moyens d’avoir une alimentation saine. Deux milliards sont en surpoids ou obèses et 462 millions souffrent d’insuffisance pondérale. Près d’un tiers de la nourriture produite est perdue ou gaspillée.

Ce ne sont là que quelques-uns des problèmes et des contradictions mis à nu par le Secrétaire général des Nations Unies jeudi, lors de l’ouverture du Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires, qui réunit des agriculteurs et des pêcheurs, des jeunes, des peuples autochtones, des chefs d’État, des gouvernements et bien d’autres, dans le but de transformer le secteur et de remettre le monde sur la voie de la réalisation des 17 Objectifs de développement durable (ODD) d’ici 2030.

Lire plus :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *