Les inégalités et l’exclusion aggravent l’instabilité dans le monde, prévient le chef de l’ONU

Les inégalités et l’exclusion aggravent l’instabilité dans le monde, prévient le chef de l’ONU

Le Conseil de sécurité a débattu mardi des répercussions dévastatrices des mécanismes d’exclusion et des inégalités économiques, sociales ou culturelles sur la paix et la sécurité internationales. L’occasion pour le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, de présenter un plan d’action en faveur de l’inclusion.

« C’est un fait : la montée des inégalités est l’une des causes de l’aggravation de l’instabilité », a déclaré le chef de l’ONU devant les membres du Conseil.

Lire plus :

Les femmes sont les premières victimes de la crise climatique, selon la COP26

Alors que les dernières analyses montrent que les annonces faites par les dirigeants mondiaux lors de la COP26 laissent la planète sur la voie d’un réchauffement climatique catastrophique, les femmes ont pris la parole à la Conférence sur le climat mardi pour montrer que le changement climatique « n’est pas neutre du point de vue du genre » et que l’action climatique a besoin d’elles.

Investir dans les femmes et les filles a des répercussions sur des communautés entières et les connaissances qu’elles possèdent sont plus que jamais nécessaires.

Lire plus :

Plus de 45 millions de personnes au bord de la famine dans le monde (PAM)

Plus de 45 millions de personnes sont proches de la famine, en raison notamment des conflits, du changement climatique et de la Covid-19, a averti lundi le Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM).

Le bond, de 42 millions au début de l’année, à 45 millions de personnes menacées par la faim, a été constaté grâce à une évaluation de l’insécurité alimentaire. Selon cette étude, trois autres millions de personnes sont désormais confrontées à la famine en Afghanistan, alors que des « augmentations marginales sont observées » en Éthiopie, en Haïti, en Somalie, en Angola, au Kenya et au Burundi (de 60.000 à 240.000 personnes).

Lire plus :

Le défi du financement pour les pays accordant la priorité à la santé et au changement climatique (OMS)

De nombreux pays accordent la priorité à la santé et au changement climatique, mais manquent de fonds pour agir, a indiqué lundi l’Organisation mondiale de la santé (OMS) dans un dernier rapport.

Selon l’agence sanitaire mondiale de l’ONU, seul un quart environ des pays consultés ont été en mesure de mettre pleinement en œuvre leurs plans ou stratégies nationaux en matière de santé et de changement climatique. Les pays indiquent que le manque de financement, l’impact de la pandémie de Covid-19 et l’insuffisance des capacités en ressources humaines sont les principaux obstacles aux progrès.

Lire plus :

A la COP26, les pays les plus vulnérables demandent aux pays développés d’intensifier le financement climatique

Les inondations massives, les incendies de forêt dévastateurs et la montée des eaux, ainsi que les innombrables vies que ces catastrophes tuent et les moyens de subsistance qu’elles mettent à mal, sont des réalités auxquelles de nombreuses nations sont déjà confrontées.

Les voix de celles et ceux qui sont en première ligne du changement climatique et de ses impacts étaient au centre du début de la deuxième semaine de la COP26, qui a mis l’accent lundi sur « l’adaptation, les pertes et les dommages », alors que les pays développés ont promis d’aider financièrement les pays en développement à affronter les effets du changement climatique.

Lire plus :

COP26 : l’expansion agricole est responsable de près de 90% de la déforestation dans le monde (FAO)

L’expansion agricole est responsable de près de 90% de la déforestation dans le monde, ce qui représente un impact bien supérieur à ce qui était estimé jusqu’ici, a averti la FAO à l’occasion de la publication aujourd’hui des premiers résultats de sa nouvelle prospection mondiale par télédétection

« D’après la dernière évaluation des ressources forestières mondiales de la FAO, nous avons perdu 420 millions d’hectares de forêts depuis 1990 », a fait valoir le Directeur général de la FAO, Qu Dongyu à la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP26), où la FAO a présenté ces nouvelles données.

Lire plus :

COP26 : seul un tiers des plans nationaux climatiques sont adaptés aux enfants (UNICEF)

Alors que l’année 2021 devrait être l’une des plus chaudes jamais enregistrées (OMM) et même s’ils parlent une fois de plus de l’impact de la crise climatique sur les enfants, les dirigeants sont encore trop peu nombreux à transformer leurs paroles en actes significatifs tenant réellement compte des enfants, a regretté mardi le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF).

« Nous avons examiné les contributions déterminées au niveau national, qui ont été mises à jour avant la COP26, où je me trouve actuellement », a déclaré par visioconférence lors d’un point de presse à Genève, Gautam Narasimhan, responsable mondial de l’UNICEF pour le climat, l’énergie et l’environnement, ajoutant « sur les 103 plans nationaux, seuls 35 d’entre eux – soit environ un tiers – sont adaptés aux enfants.

Lire plus :

OP26 : plus de 100 pays s’engagent à stopper et à inverser la déforestation d’ici à 2030

Une promesse essentielle de sauver et de restaurer les forêts de notre planète a été officiellement annoncée le deuxième jour du sommet des dirigeants mondiaux de la COP26. Cette promesse s’accompagne d’une longue liste d’engagements de la part d’acteurs des secteurs public et privé pour lutter contre le changement climatique, enrayer la destruction de la biodiversité et la faim, et protéger les droits des populations autochtones.

Comme il se doit, la salle plénière de la 26ème Conférence des Nations Unies sur le climat (COP26), à Glasgow, était aujourd’hui éclairée en vert, et les écrans vidéo géants et les haut-parleurs diffusaient le chant des oiseaux et le bruissement des feuilles. Il semblait même y avoir un calme général parmi les délégués, presque comme s’ils respiraient déjà un air plus pur.

Lire plus :

COP26 : l’eau est en première ligne du changement climatique et constitue une priorité absolue en matière d’adaptation

Les dirigeants de la coalition Eau et Climat, présents à la Conférence des Nations Unies sur le changement climatique (COP26), à Glasgow, ont lancé un appel urgent et uni en faveur d’une action intégrée pour l’eau et le climat, afin de remplacer l’approche actuelle, fragmentée et axée sur la crise.

Le changement climatique exacerbe à la fois la pénurie d’eau et les risques liés à l’eau, car la hausse des températures perturbe le régime des précipitations et l’ensemble du cycle de l’eau. Actuellement, 3,6 milliards de personnes n’ont pas accès à l’eau au moins un mois par an, et ce chiffre devrait passer à plus de 5 milliards d’ici 2050.

Lire plus :