Ce que représente l’eau pour un agriculteur, ancien migrant de retour au Kenya

Ce que représente l’eau pour un agriculteur, ancien migrant de retour au Kenya

L’eau est synonyme pour tous de santé, d’hygiène et d’hydratation. Sur le plan spirituel, elle peut représenter une connexion avec la création, avec la communauté ou avec soi-même. Pour les agriculteurs, elle constitue une source d’aliments et de revenus. Pour Paul, 33 ans, originaire de la région de Kiambu au Kenya, l’eau a représenté une nouvelle raison de rester au pays.

Paul n’avait jamais envisagé une carrière dans l’agriculture. Au cours de son enfance passée en milieu rural, il a vu ses parents travailler à la ferme pendant de longues années sans obtenir grand-chose en retour de leurs efforts. «C’était comme une punition», raconte-t-il. C’est également ce que pensent la plupart des jeunes au Kenya. L’agriculture est une solution envisagée en dernier recours car il faut travailler pendant de longues heures pour des revenus faibles. Paul rêvait de s’installer en ville et de lancer sa propre entreprise.

Après avoir obtenu son diplôme en technologies de l’information, Paul a décidé d’ouvrir une nouvelle entreprise dans ce secteur dans la capitale, Nairobi. Mais il n’a pas été facile pour lui de lancer son entreprise en raison de la forte concurrence qui existe dans ce secteur et du manque de financements. Il s’est finalement avoué vaincu et est rentré chez lui.

Lire plus:

Vaccins anti-Covid et crise climatique : l’ONU se déclare solidaire de l’Afrique. Les Nations Unies sont solidaires de l’Afrique dans la course à la vaccination contre la Covid-19 et la lutte contre le changement climatique, a déclaré mardi le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, à l’occasion d’une réunion avec le Groupe des pays africains membres de l’Organisation.

L’Afrique a signalé à ce jour plus de quatre millions de cas de Covid-19 et plus de 100.000 Africains ont perdu la vie à cause de cette maladie.

« Les Nations Unies sont pleinement déterminées à travailler en étroite collaboration avec les pays africains sur le déploiement des vaccins. Comme je l’ai dit à maintes reprises, un vaccin contre la Covid-19 doit être un bien public mondial accessible à tous, partout. L’équité vaccinale est un test moral de solidarité mondiale », a dit le chef de l’ONU devant les représentants des pays africains.

COVAX – le mécanisme mondial d’équité en matière de vaccins – a commencé à distribuer des doses dans le monde entier, y compris dans certains des pays à faible revenu. Au 21 mars, 26 pays africains avaient reçu plus de 15 millions de doses grâce à ce mécanisme.

Mais le Secrétaire général s’est dit « profondément préoccupé par le fait que de nombreux pays à faible revenu n’ont pas encore reçu une seule dose, alors que les pays plus riches sont en passe de vacciner toute leur population ».

Lire plus :

Comment la pandémie de COVID-19 a affecté les enfants dans le monde

Un an après le début de la pandémie, les enfants du monde entier sont confrontés à une nouvelle normalité dévastatrice

La pandémie de COVID-19 a bouleversé la vie familiale dans le monde entier. Quasiment tous les principaux indicateurs de l’enfance ont régressé un an après la déclaration de pandémie, laissant les enfants confrontés à une nouvelle normalité dévastatrice.
L’année dernière, le nombre d’enfants affamés, isolés, maltraités, anxieux a augmenté. Parallèlement, leur accès à l’éducation, aux possibilités de socialisation et à des services essentiels tels que la santé – y compris les vaccinations de routine -, la nutrition et la protection a diminué. La pandémie affecte également la santé mentale des jeunes et plonge leurs familles dans la pauvreté. De tels bouleversements sociaux et économiques augmentent les risques de mariage pour les filles les plus vulnérables.

Lire plus :